jeudi 16 juin 2016

Le bien des autres

A vous tous qu'autrefois on nommait les manants
Qui avez pris métier de dérober sans honte
Le bien des autres, sourds, aux valeurs qu'on lui compte,
Qu'un flot de puanteur aux relents permanents

Votre âme ensevelisse, à jamais vous damnant
Pour que dans l'au-delà, votre esprit se confronte
Miteux, à tout le mal sans rabais ni escompte
Que vous fîtes jadis, tel supplice immanent !

Bien sûr l'on pourrait dire, quelle belle éloquence
Pour un petit larcin ! Plus grave conséquence
D'autres maux nous génèrent, méritant plaidoyer.

Je dis ma muse en reine impérieuse mais juste
Sait l'art de mettre en vers, pour la rendre moins fruste,
Cette rancœur qui naît, et mieux la foudroyer.


Marl'Aime, Poèmes de ma Vie 17/06/2016 - Sonnet français

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire