vendredi 9 juin 2017

Aussi vrai que

Aussi vrai que la lune au soleil s'interpose
Pendant le crépuscule, avis de décès Jour
J, enterré la nuit, après son bref séjour,
Voilà qu'avant l'aurore un autre se propose.

Ainsi s'enfuit le temps sans s'accorder de pause.
D'un bord on voit la mort, telle oeuvre d'un vautour
Qui engloutit les chairs ne laissant rien autour.
De l'autre c'est celui où la vie, elle, impose

Ses régles d'espérance où l'amour, la bonté
Remplissent notre coeur triplant sa volonté
De resister serein à l'appel des ténèbres,

De leur obscur pouvoir à rendre l'être odieux
Pour preuve le trop-plein de nouvelles funèbres
Empêchant d'invoquer "Le Miséricordieux".

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Sonnet français 09/06/2017

2 commentaires:

  1. Bonjour chère Marlène,
    Oh que cela est bien dit... Je pensais être abonnée à ta newsletter mais je vois de nouveaux poèmes et si beaux comme toujours, je n'ai pas oublié !
    Je vais refaire pour vérifier.
    En attendant MERCI pour ton si aimable commentaire sur mon blog que je viens de lire entre deux coups de chiffon, poussière oblige... !
    Mes félicitations pour tes vers PARFAITS qui méritent que je les relise.
    Gros bisous.
    Annie

    RépondreSupprimer
  2. Annie, venant d'une poétesse aussi sagace que toi, tout commentaire est une friandise que la gourmande que je suis, ne laisse pas pour le lendemain.
    Merci et gros bisous
    Marl'Aime

    RépondreSupprimer