dimanche 4 février 2018

Je m'embête !

Jean de La Fontaine eût des cieux antérieurs
Un éclair visionnaire en nous contant ses fables
N'en déplaise au sérail d'êtres supérieurs
Les animaux souvent ont des coeurs plus affables.

Assurément je sais, des choses impensables,
Au regard d'un voulant les croire inférieurs,
Mais pour l'autre plus fin, quels cours irremplaçables !
Jean de La Fontaine eût des cieux antérieurs,

Quand la noblesse heurtait ses sens intérieurs,
Par des comportements pour le moins ineffables,
De l'esprit à la plume, aux maux citérieurs,
Un éclair visionnaire en nous contant ses fables.

S'il leur prête en maints coups des rôles détestables,
C'est pour mieux attaquer les murs extérieurs
De tous ces précieux dans leurs tours confortables !
N'en déplaise au sérail d'êtres supérieurs,

Sans me prendre un instant au jeu des parieurs
Je mise sur un Dieu dont les comptes solvables
Ont des filtres plus doux que l'argent pour trieurs.
Les animaux souvent ont des cœurs plus affables,

Est-ce donc faux-semblant si tous intarissables
En œuvrant sur la toile - en place des crieurs -
Relatons attendris les amours inclassables
De l'espèce animale en témoins marieurs ?
A le nier je m'embête !
Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Rondeau parfait 04/02/2018

5 commentaires:

  1. Bonsoir Marlène. La Fontaine avait cerné l'âme humaine et quand on lit ses fables, on ne peut s'empêcher d'y reconnaître quelques personnes que l'on a croisées.
    Ton poème en effet est dans le sens du mien, merci de ton passage. J'aime ta manière de construire un poème même si je ne suis pas une grande spécialiste de l'académique poésie.Je viens de m'abonner à ton site pour suivre tes parutions.

    RépondreSupprimer
  2. Tu as raison pour Annie, c'est une belle plume et en plus une belle personne

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Marie,
    Je suis vraiment très flattée de tes mots sous mon rondeau et je peux te dire en retour que j'apprécie tout autant tes poèmes même s'ils ne sont pas "académiques". Je te lis avec un grand plaisir, simplement c'est le temps qui me manque voilà pourquoi je ne me suis pas abonnée au tien mais j'y viendrai dès que je peux.
    Bien Amicalement

    RépondreSupprimer
  4. bonsoir marlène , je viens de lire un cri poignant sur l' adversité humaine mais l'homme a toujours son inconscient animal génétiquement transmis par ces ancêtres dont les actes sont toujours des effets de comportements animaux , il est magnifique ton poème , belle soirée , mes amitiés

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Véronique,
    Un grand merci pour ton généreux commentaire ! L'homme peut trahir mais l'animal... jamais ! Et depuis que j'ai mon chat je découvre encore plus intensément comme ils sont incroyables.
    Bonne soirée à toi aussi.
    Amicalement

    RépondreSupprimer