mercredi 11 octobre 2017

La juste addition

Sur terre un vent soufflant l'air de perdition,
Dont les odeurs de fiel semblent inexorables
Au maintien dans nos cieux de valeurs honorables,
Meurtrit mon âme plus que de tradition.

Le pouvoir et l'argent, énième édition
Sous le joug d'esprits secs, au bien défavorables,
Produisent un climat aux effets déplorables !
Pourtant, notre histoire est puits d'érudition !

Mais ses sources d'erreurs ne sont incorporables
Que par des coeurs soucieux de sorts améliorables
Car le don d'empathie est la condition.

Les actes des humains ne sont évaporables,
C'est du ciel que viendra la juste addition
Peu importe combien d'ans furent mémorables.

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Sonnet sur 2 rimes 11/10/2017

mardi 10 octobre 2017

Décalogue poétique - Prière 10

A chaque seconde à son territoire
Le mal ajoute un énième palier
En lettres de sang sur mon écritoire
Où je liste en vain le flot journalier
Sans perdre en rien l'espoir de voir se fendre
L'armure de haine, et pouvoir défendre
Les valeurs de paix. De ce fil tendu
Par tant d'horreurs, le pire est attendu.
Saurons-nous doubler notre vigilance
Malgré le tocsin que j'ai entendu ?
Le cœur battant je te prie en silence

Pour que l'effet ne soit que provisoire
- Même s'il est en lieu hospitalier -
Du poison pris, à tort, au dérisoire
Tant qu'il n'atteint un endroit frontalier.
Pourtant le bon sens se range à prétendre
Qu'au mieux, un feu, s'éteint sans trop attendre
Plutôt qu'au seuil, du brasier répandu !
Ma foi ! je veux bien un sort de pendu !
Recule le vil, bonne âme s'y lance !
Notre avenir en ce vers suspendu, 
Le cœur battant je te prie en silence.

Que j'aimerais impact plus méritoire
A l'instar, d'antan, le preux chevalier
Dont l'honneur était le seul auditoire
Lui conférant bravoure pour rallier
Nobles causes et, croisade entreprendre.
Arriverons-nous un jour à comprendre
Que l’Éternel, unique garant du
Ciel, ne réserve, à nul, aucun rang dû !
De nos bontés lui point la rutilance,
Que dévouement, si donné est rendu !
Le cœur battant je te prie en silence.

La terre n'offre plus d'aire promissoire
Pour genres fous du règne animalier
Mais bien avant d'être une rôtissoire
Mon être entier m'ordonne de m'allier
Aux élans verts pour vitale calandre
Poser ensemble, au lieu de faire esclandre.
Le rempart d'ozone au pôle fendu,
Par l'enchainement d'excès défendu
De l'égotisme exercé en free lance,
Survivrons-nous qu'il se fût pourfendu ?
Le cœur battant je te prie en silence .

Tous mes regrets du ton inquisitoire
De ma frayeur offerte en espalier
- Belle - elle enfante mon réquisitoire
Echec au Roi faute de cavalier !
Reine d'un soir, je me suis fait surprendre
La tempérance, il me faudrait apprendre !
Et pour cesser tout air condescendu,
Dans mon jardin alors j'ai descendu
Pour y cueillir un brin de bienveillance
Aussitôt mon trouble est redescendu,
Le cœur battant je te prie en silence,

Ô toi ma muse au pouvoir étendu
D'un ange, écran au malheur distendu
Donne à mes vers juste assez de brillance
Que mon chant d'amour puisse être entendu,
Le cœur battant je te prie en silence !

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Chant royal 10/10/2017