vendredi 12 juillet 2019

En quête du bonheur

Un virelai par-ci, un virelai par-là, j'encourage ma muse à montrer son éclat ! Avec Annie et sa plume magistrale, elle enrichit son ciel de couleurs lumineuses. 

Chez nous chante le coq et la poule caquette,
Dès le petit matin le tracteur est dehors,
Le brave agriculteur soulève sa casquette,
Et l’on mange souvent à la bonne franquette
Tous les meilleurs morceaux du plus gros de nos porcs !

Les plus gourmets ont faim d'une bonne blanquette,
Carottes et poireaux, en rondelles alors,
Viennent accompagner du riz dans la barquette
Sans oublier, bien sûr, pour saucer, la baguette ;
Là démarrent les ris enchantant nos décors !

Chez nous chante le coq et la poule caquette,
Dès le petit matin le tracteur est dehors,
Le brave agriculteur soulève sa casquette,
Et l’on mange souvent à la bonne franquette
Tous les meilleurs morceaux du plus gros de nos porcs !

La fête du village augure la guinguette
Et les cloches aussi battent tous les records !
Quand le mois de juillet lance sa musiquette,
Sur un parquet vieillot, on s’essaie aux claquettes,
C'est tant pis si les pas méprisent les accords !

Chez nous chante le coq et la poule caquette,
Dès le petit matin le tracteur est dehors,
Le brave agriculteur soulève sa casquette,
Et l’on mange souvent à la bonne franquette
Tous les meilleurs morceaux du plus gros de nos porcs !

Annie et Marlène - Virelai 12/07/2019

samedi 6 juillet 2019

Aparté poétique

Je dédie ce virelai à mon amie Annie qui m'en a soufflé la formule et plus encore de m'avoir inspiré ce dialogue entre deux amies de plume.

- "Dis-moi l'amie où fleurit
Ta vive pensée
Maintes fois récompensée ?
De mon céleri
Qui de ma finale rit
Ferai rime assonancée !"

- "Première intéressée
Par ce gynécée (1)
Chaque faveur m'ahurit
Quand elle m'est adressée,
Ma plume en mûrit
Mais la dompter je n'essaie !"

Poésie art favori
De naïadacée (2)
De par la rime enlacée
Au vert pilori,
Ô quête du satori (3)
En l'âme cadenanassée !

- "Dis-moi l'amie où fleurit
Ta vive pensée
Maintes fois récompensée ?
De mon céleri
Qui de ma finale rit
Ferai rime assonancée !"

- "Chère, es-tu prête au pari
Qu'un doux canari
Saurait faire une percée
Dans un vrai charivari !
Des cieux,  l'hourvari (4)
De telle force exercée !"

Si plumage du lori
N'est loi préfacée
Pour l'ode d'être embrassée
A fortiori
Lourdeur de sumotori
Bien moins gain de palmacée (5) !

- "Dis-moi l'amie où fleurit
Ta vive pensée
Maintes fois récompensée ?
De mon céleri
Qui de ma finale rit
Ferai rime assonancée !"

- " Mignonne à l'humeur joncée (6)
Racine enfoncée !
Ma muse, au gré, te chérit
D'une valeur prononcée
De couleur foncée
Que ton hommage enchérit."

Tel un vaudou maori
D'allure racée
Prose ! Exquise panacée (7)
Millefiori (8)
De mon coeur endorlori
Dans l'aurore opiacée.

- "Dis-moi l'amie où fleurit
Ta vive pensée
Maintes fois récompensée ?
De mon céleri
Qui de ma finale rit

Ferai rime assonancée !".

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie  - Virelai 06/07/2019

(1) gynécée (botanique) : ensemble des organes femelles d'une fleur.
(2) naïadacée (botanique) : élément d'une famille de plantes monocotylédones aquatiques.
(3) satori (mot japonais) : éveil spirituel brusque et complet que le disciple recherche par la méditation dans le bouddhisme zen.
(4) hourvari (figuré) : grand bruit, grand tapage.
(5) palmacée (botanique) : famille des palmiers.
Dans le poème mis pour cocotier.
(6) joncée : de la souplesse du jonc. Dans le poème mis pour tolérante.
(7) panacée : remède universel
(8) millefiori (mot italien) : mosaïque multicolore.
Dans le poème mis pour "aux multiples effets".

lundi 24 juin 2019

Un rayon de soleil

Un rayon de soleil m'a levée au matin 
Pour me montrer le ciel sans un nuage infime
N'effilochant le bleu d'un azur de satin,
Un bien-être troublant d'une onde rarissime

M'envahit à réduire en poudre la tumeur

Pleine d’agressions d'ours de la race humaine.
Lors je me suis assise un brin sans autre humeur
Que d'écrire à décrire en vers le phénomène
Afin de partager aussitôt ce plaisir 
Avant que son effet ne soit plus à saisir
Et me laisse le goût de la mauvaise chance
D'avoir manqué ce jour un laps inespéré 
De réchauffer mon cœur dans un bain tempéré
Mais le livrer au gel p​our comble de malchance​ !

Mon esprit poétique empreint d'air palatin 

A mes rimes insuffle un chant sérénissime​,​
Par l'exquise magie ​en douceur​ qui m'atteint
J'enserre mon tourment, sans peine le décime​,

Puis je cours propager​ la joyeuse rumeur

Que l'âme face au mal est beaucoup plus amène
​D'essences de bonheur se faire parfumeur
Que de se polluer des relents de ​dame Haine​.​

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Mouwachach 2​4​/06/2019