lundi 15 octobre 2018

Existe-t-il un mot

Après un poème d'amour, à présent un cri de révolte ! A dire vrai, dans les faits je l'avais commencé bien avant, en remède (pour mon petit cœur grandement malmené !) aux provocations racistes de tous les abrutis de la terre, toutes origines confondues !

Existe-t-il un mot pour ces êtres nuisibles

Qui tissent en secret leurs toiles invisibles
Tels ces insectes froids, nuls de satiété
N'attendant du destin la proie en sacrifice
Dont se délectera leur labial orifice.
Leur âme, d'aucun sens, ne rend la piété !
*
Existe-t-il un mot pour ces êtres nuisibles
Dont les agissements nous sont imprévisibles
Tant leur perversion grouille en variété.
Ils se repaissent sans faim de toute différence
Attisant leur rancœur comme haute référence.
Leur âme, d'aucun sens, ne rend la piété !
*
Existe-t-il un mot pour ces êtres nuisibles
Quand à l'aube déjà les temps ne sont paisibles
Leurs obscures desseins ne cessent d'empiéter
Sur le coin de ciel bleu des semeurs aux mains vertes
Voyant leurs graines d'or d'acide recouvertes.
Leur âme, d'aucun sens, ne rend la piété !
*
Existe-t-il un mot pour ces êtres nuisibles ?
Si l'écho les narguait à les rendre risibles
Supprimant l'effet d'onde à la société,
Sans oreille alentour pour gober leurs paroles
Lors nul participant à leurs sots jeux de rôles !
Leur âme, d'aucun sens, ne rend la piété.

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Balladine 15/10/2018







mercredi 3 octobre 2018

Deux soeurs, un frère à leur maman

A l'occasion du 90ème anniversaire de Maman, Samedi dernier, avec ma sœur chérie, j'ai composé ce poème que nous lui avons lu après la cérémonie du gâteau.  Un moment d'intense bonheur !

C'est un jour bien propice à s'affranchir des mots
Ainée, épouse et mère un triple honneur m'engage
Je jure pour chacun garder mon franc langage
Je t'offre mon amour pour t'alléger des maux

Quand à moi la cadette avec l'âme en gémeaux
Je ne me force pas à me faire câline
Le stimulant au flux de mon adrénaline
Je t'offre mon amour pour t'alléger des maux

Trois femmes ! Pauvre moi ! Quels chemins extrémaux
Pour devenir un homme, un match sans adversaire !
Mais fils et père heureux, pour ton anniversaire
Je t'offre mon amour pour t'alléger des maux.

C'est un jour bien propice à s'affranchir des mots
Je t'offre mon amour pour t'alléger des maux.

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Sonnet à échos 28/09/1918