samedi 17 août 2019

Quatrains marlaimiens

Preuse en prose à dompter mon errance
J'exhale en coulant de jolis vers
De l'or le plus fin de l'univers
A brillanter ma désespérance.

Sous leur effet, un savant quartage
De mérites mis à reserver
Finement triés pour conserver
Les extraits d'amour et de partage,

La rancoeur, noblement empierrée,
Ne me noie en démissionnant
Devant le nombre impressionnant
D'humains en posture arriérée,

A l'heure où s'imposent des mesures
D'urgence à vivre tous autrement.
Combien font choix d'abject vautrement
Dont l'impact évase tes creusures

En calice, Ô Terre inamendable !
Face au train de ton dérèglement
Notre volontaire aveuglement
Serait-il encore défendable ?

Le sain reflet de l'intelligence
Ne se voit dans les eaux de l'avoir
D'un stérile cumul du savoir
Mais plutôt celles de l'obligeance

De respecter la vie. Aux pensées
Qu'un jour assez malins nous serons,
Que la torpeur nous repousserons,
Muse et moi sommes récompensées !

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Prose 17/08/2019

samedi 3 août 2019

Le poète dans la dèche

D'une main prenez une fable " La cigale et la fourmi" et de l'autre le qacid, poème lyrique arabe d'un seul tenant bâti sur le même mètre et la même rime, un bravo et je vous livre ma nouvelle composition. 

Le poète dans la dèche
N'ayant le moindre bout d'esche
Rien, dont sa plume s'allèche
Sec, à faire banque blèche (1)
Assentit à grande pêche
Avant qu'ennui ne l'empêche
De parer ce coup de brèche
Qui lui rendait l'âme rêche.
Il creusa dans sa cabèche (2)
Tant à perdre la bobèche (3)
Pensant monter une mèche
Y compris d'une flammèche :
- "Je me meurs en panne séche
Ma lyre telle os de seiche
N'émet plus son onde fraîche,
Mon coeur a perdu son prêche.
Muse, ne soit pas pimbêche
Ouvre tes champs que je bêche !
Mes vers souvent en calèche
N'arment plus aucune flèche !"
Lors sa déesse revêche
Lui servit pot d'escavèche (4).

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie  - Fable en qacid 03/08/2019

(1) Faire banque blèche : avoir un passage totalement improdutif sans rentrées d'argent.
(2) Cabèche : dans le poème mis pour cerveau
(3) Bobèche : dans le poème mis pour tête
(4) Escavèche : en Wallonie mets typique de poisson conservé dans le vinaigre, remontant à l'occupation espagnole dont les propriétés de conservation sont interessantes pour les grands navigateurs.

lundi 22 juillet 2019

Loin des yeux, au coeur accroché

En hommage à tous les poètes et poétesses, en particulier Annie, Iris-Véronique, Marie By Marie, Marie Mimoza, Bizak et celui qui m'a tout appris Maitre Flormed, qui font vibrer mon cœur intensément au rythme de leurs chants si différents mais chacun si plaisant.

L'important, dès lors, à mes yeux 
Que le monde est bien accroché 
A ses travers vils et sans charme 
Est d'avoir un recours puissant 
Contre l'horreur qui s'accomplit 
Affligeant la Sainte présence.

Poésie ! Auguste présence 
Dont l'aura d'or pur saute aux yeux 
De ceux pour lesquels s'accomplit 
Son doux règne au vent accroché 
Pour atteindre en souffle puissant 
L'eden où domine son charme.

Parmi les vertus de ce charme, 
L'équité durcit sa présence 
Dotant le faible ou le puissant, 
Lors la gloire ouvre de grands yeux !
Un destin au ciel accroché 
Naturellement s'accomplit !

Pour beaucoup, il ne s'accomplit 
Jamais aucun attrait du charme 
Sans un visuel accroché
Pour lui seoir réelle présence, 
Tout élan passe par leurs yeux 
Car l'aspect est le plus puissant.

Mais un attachement puissant 
Entre humains naît, puis s'accomplit 
Même sans se voir dans les yeux.
D'autres liens concourent au charme, 
Affranchis d'acte de présence, 
Leur nœud est ailleurs accroché !

Quand mon esprit s'est accroché 
Au creux des vers d'un flot puissant 
Par l'accord des mots en présence, 
Lentement le sort s'accomplit,
Je sens sous l'effet de son charme 
Me monter les larmes aux yeux.

Loin des yeux, au cœur accroché
Le charme de plume, art puissant,
S'accomplit outre la présence !

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie  - Sextine 22/07/2019