vendredi 20 septembre 2019

Mon Précieux

J'ai reçu de mon Maître en poésie classique
Une étoile d'honneur qui luit dans mes cieux,
 J'appris hier cet art du plus brillant cacique !
Lors ma muse chante " Ô mon doux Précieux"

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Quatrain 20/09/2019




mercredi 11 septembre 2019

Le temps qu'il me reste

En ce jour d'anniversaire je me souhaite de pouvoir trouver ma muse le plus longtemps possible...

Il me reste moins de temps à vivre
Que je n'en ai vécu
Mais d'un petit écu
On peut fondre arme de choc au givre
Quand d'eau-de-vie exquise on s'enivre
Dont le marc est acut (1).

De mes rimes l'écho me délivre,
Lors d'un cœur convaincu
Je m'échine à écrire mon livre
Rejetant tout pécu (2)
Il me reste moins de temps à vivre
Que je n'en ai vécu.

A présent mon bonheur est de suivre
Mon layon délétère à la vouivre
Mon esprit en accu (3)
Galvanisé par ce fil en cuivre
Benoît (4), à faire le mal cocu !

Du sonnet au lai mon cœur est ivre,
Et pour l'art d'un haïku
Leste au kaizen ma muse se livre,
Il me reste moins de temps à vivre
Que je n'en ai vécu.

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Sonnettin 11/09/2019

(1) Acut : pointu, aigu
(2) Pécu : laïus
(3) Accu : accumulateur d'énergie
(4) Benoît : saint, béni

mercredi 28 août 2019

Culture du faux

Avec la mode des faux seins, ongles, cheveux, cils..., qui se développe, ma muse a voulu badiner, j'ai poussé l'idée à son paroxysme pour en tirer un fatras et patatras !
Sans rembourrage et avec un tiret, comme Marie je les abhorre : les "faux-culs", cependant moins que les faux frères, amis, gentils ou témoins ; les faux-monnayeurs je n'en connais point ! Quant aux faux-sens de faux-fuyant, -positif ou bien -négatif, j'en perds le nord ! le faux jour, bord ou titre me plongent dans le noir. La fausse modestie m'insupporte, et la fausse couche m'éplore, en vrai seul le faux-filet me fait bon effet !

"Nous convenons de nos défauts, 
mais c'est pour que l'on nous démente." Jean-Pierre FLORIAN.

Nous convenons de nos défauts, 
Souvent avec un semblant faux !
Me faut bannir d'être clémente
Pour des penchants peu triomphaux
A mieux nous plaire à ces transfos
Avec le faux qui décrémente
L'oeuvre de Dieu pure et aimante.
Si, banc de nos torts récifaux
D'un mea culpa s'agrémente
Quand nous sommes en porte-à-faux
Mais, c'est pour que l'on nous démente !

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie  - Fatras 28/08/2019