samedi 20 décembre 2014

Combler le vide

Des mois que ces maux se succèdent en quinconce,
Martelant sans relâche avec sévérité
Le for de mon esprit pour que le pieu s'enfonce
Et perce le rempart de ma lucidité

Me laissant si minable, amorphe et sans réponse,
Une coque de noix face à l'adversité
D'un sauvage océan, qui flotte et puis renonce,
La victoire du Grand Bleu sur la témérité !

Pour retrouver les clés des milliers de serrures
Du coffre de mon âme où j'ai foui mes blessures
Je rêve d'un sauveur qui me délivre enfin !

Par son trop plein d'amour il comblerait le vide
D'une vie en dérive avant d'être à sa fin
Qui se meurt lentement d'un désespoir avide.

                                            Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Sonnet français 13/09/2014

          

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire