lundi 15 octobre 2018

Existe-t-il un mot

Après un poème d'amour, à présent un cri de révolte ! A dire vrai, dans les faits je l'avais commencé bien avant, en remède (pour mon petit cœur grandement malmené !) aux provocations racistes de tous les abrutis de la terre, toutes origines confondues !

Existe-t-il un mot pour ces êtres nuisibles

Qui tissent en secret leurs toiles invisibles
Tels ces insectes froids, nuls de satiété
N'attendant du destin la proie en sacrifice
Dont se délectera leur labial orifice.
Leur âme, d'aucun sens, ne rend la piété !
*
Existe-t-il un mot pour ces êtres nuisibles
Dont les agissements nous sont imprévisibles
Tant leur perversion grouille en variété,
Se repaissent sans faim de toute différence
Attisant leur rancœur comme une référence.
Leur âme, d'aucun sens, ne rend la piété !
*
Existe-t-il un mot pour ces êtres nuisibles
Quand à l'aube déjà les temps ne sont paisibles
Leurs obscures desseins ne cessent d'empiéter
Sur le coin de ciel bleu des semeurs aux mains vertes
Voyant leurs graines d'or d'acide recouvertes.
Leur âme, d'aucun sens, ne rend la piété !
*
Existe-t-il un mot pour ces êtres nuisibles ?
Si l'écho les narguait à les rendre risibles
Supprimant l'effet d'onde à la société,
Sans oreille alentour pour gober leurs paroles
Lors nul participant à leurs sots jeux de rôles !
Leur âme, d'aucun sens, ne rend la piété.

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Balladine 15/10/2018







8 commentaires:

  1. Bonsoir Marlène. Existe t'il un mot pour ces êtres nuisibles, je ne crois pas. Mais je crois en revanche qu'il existe une action à mettre en pratique : les fuir si on les connait. Mais il en existe tant qui sont dans l'invisible, qu'on croise sans les savoir nuisibles...
    Leur âme, tu le dis, d'aucun sens ne rend la piété... ni même la pitié. Bonne et douce soirée Marlène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir chère Marie,
      Merci de partager avec ce bel enthousiasme mon gros coup de gueule. Certaines fois, pour un pas en avant j'ai l'impression que l'homme en fait cinq en arrière, d'où ma révolte !
      Bonne soirée Marie

      Supprimer
  2. vous savez employer les mots moi pas sniff ,mardissime

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Keyou,
    Merci pour ce gentil et très original commentaire auquel je répondrai je ne sais pas si je sais mais c'est certain que j'aime jouer avec les mots ! Je vais découvrir votre site en retour car vous avez piqué ma curiosité.
    Alors Mardissimement...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour chère Marlène,
    Cette balladine t'est sortie du cœur en un rien de temps je le suppose car je l'entends bouillir de colère et je participe à ce cri... Faisons la guerre aux abrutis grâce à nos mots, que possédons-nous d'autres ? Nous sommes des pacifistes nées !
    BRAVO et gros bisous.
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Annie La douceur,
      Tu sais bien me lire à présent, c'est tout comme tu l'as écrit ! Lorsque mon équilibre spirituel est rompu par des propos venimeux que l'on est trop souvent obligé d'entendre, ma plume fait contrepoids ! Merci pour commentaire élogieux.
      Je t'embrasse

      Supprimer
  5. bonsoir chère marlène, mes compliments pour cette splendide balladine ayant conté avec ses deux refrains, comme ce poème est touchant dans sa grâce , tu as mettre en valeur la racaille qui aime se folâtrer dans la fiente , belle fin de journée , mes amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Iris-Véronique,
      Merci pour cette générosité dans tes commentaires sous poème, c'est du nougat !
      Merci aussi de partager mon aversion contre ces gens-là malleureusent en voie d'expansion.
      Mes Amitiès

      Supprimer