dimanche 14 avril 2019

Rien ne change


Je savais que ce monde avait beaucoup à faire
Pour les voeux de mon coeur un peu mieux satisfaire
Mais sous chaque pouvoir
La forme est à revoir
Rien ne change

De la couleur du sang ils ont fait leur emblème
De douleur, d'une peau, des gains tel du xylème 
Ils étaient nés en colons
Se sont mûs Apollons
Rien ne change

Tous les venins ne sont mortels
Mais des mortels le sont
Ils paieront la note aux autels
Demain se fera leçon

Cachés dans leur palais ils agissent dans l'ombre
Possédant plus de biens que ceux du plus grand nombre
Ils se marient entre eux
L'ailleurs c'est dangeureux
Le mélange !

Tous les humains n'ont pas de fiel
A semer en chemin
Et se préfèrent sous le ciel
D'un meilleur lendemain
Sans subir du revers la haine
Ou mal qui la parraine

Se dresser fièrement
Contre les exacteurs sera long et pénible
Sûrement

Mais n'est pas impossible
Si partout nous faisons de l'asservissement
Notre cible

La couleur de ma peau ne peut être un problème
Dans la douceur, en grains, c'est le soleil qui m'aime
N'en déplaise aux démons
L'effet de ses rayons
Me venge

Tous les humains n'ont pas de fiel
A semer chemin
Et se préfèrent sous le ciel
D'un meilleur lendemain
Sans subir du revers la haine
Ou mal qui la parraine

Tous les venins ne sont mortels
Mais des mortels le sont
Ils paieront la note aux autels
De leur moindre effort aux saints artels
Demain se fera leçon
Demain se fera leçon
Demain se fera leçon.

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Pastiche "
C'est écrit" 14/04/2019 
Auteur-Compositeur-Interprète : Francis CABREL (1989)​
Paroles : F.CABREL / R. SECCO / M. FRANÇOISE

10 commentaires:

  1. La couleur de ta peau moi je l'aime Marlène et j'ai beaucoup d'amis de même couleur qui sont chers à mon coeur. Tu as raison, rien ne change. Tous nos politiques sont véreux, les grandes fortunes méprisent les autres et les pauvres, du moins ceux que l'on appelle pauvres en ont marre. Si nous ne nous soulevons pas, rien ne changera. Il est temps que les français se réveillent et d'ailleurs aussi tous les peuples qui vivent mal. Je pense par exemple à toute l'Afrique qui crève à petits feux et laisse crever ceux qui la désertent espérant trouver mieux ailleurs. Il faut traiter la misère sur place et il y a longtemps qu'on aurait dû le faire, créer des entreprises en Afrique, donner du travail, investir afin que ceux qui souffrent ne fuient pas pour trouver souvent pire ailleurs. Il y aurait tant et tant à dire qu'un livre n'y suffirait pas.
    Mais l'humain est égoïste et tant qu'il est dans son petit confort il reste inerte et nos gouvernants s'en fichent pourvu qu'ils se remplissent les poches et aient un jour leur nom dans les livres d'histoires.... quelle tristesse. Ton poème forcément me touche. Je t'embrasse Marlène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma chère Marie,
      Toujours la première si tu savais comme c'est plaisant ! Je me rends compte que ma révolte en toi fait écho et qu'il ne suffit plus à présent seulement de dénoncer mais trouver des actions à engager chacun à notre niveau. On ne changera pas LE monde mais on peut tout du moins embellir le NOTRE.
      Je t'embrasse

      Supprimer
  2. RIEN NE CHANGE et c'est dommage car la richesse de l'humanité vient de nos bouquets de différences...J'ai une belle sœur Burkinabé, ma meilleure amie et un beau frère turc que j'adore...alors si à l'échelle d'une famille c'est possible pourquoi pas un jour peut-être à l'échelle mondiale...Hélas le respect et la tolérance ont encore beaucoup de chemin à faire...

    Merci pour ton poème si beau et si vrai...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie,
      Merci de venir me déposer tes louanges comme un rayon de soleil qui illumine mes heures. Bien sûr le monde ne serait pas si cruel si tous avaient ta bonté d'âme et cette intelligence de la vie comme on peut s'en rendre compte sur ton blog que j'invite tous mes amis à découvrir car il est absolument splendide !
      Toutes mes amitiés

      Supprimer
  3. Merci
    Je t'offre cette page "Vivre la différence"

    https://marie-aupaysdesimagesetdesmots.blogspot.com/search?q=diff%C3%A9rence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marie,
      Merci pour ce partage en écho à mon dernier poème c'est un cadeau qui me va droit au coeur.
      Bien amicalement

      Supprimer
  4. bonjour marlène, quel régal de te lire , mes félicitations pour ce magnifique poème décriant hélas la bulle des élites souverains, belle journée , mes amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Iris-Véronique,
      Quelle belle preuve d'amitié poétique ta constance à me commenter si généreusement malgré les écueils rencontrés, merci de tout mon coeur.
      Mes salutations ensoleillées du jour

      Supprimer
  5. Bonjour Marlène,
    Je te remercie pour le tout, le reportage très intéressant tu penses ! Tes mots qui trahissent une réelle douleur, héritage de tes ancêtres qui ont souffert aussi...
    Comme tu le dis, rien ne change ! Mais pourquoi ?
    Je t'embrasse et te félicite amplement.
    Gros bisous.
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma douce Annie,
      Je suis heureuse de ton retour, de tes lignes élogieuses sous mon texte. Parfois ma muse se réveille avec une mélodie et des mots, ainsi naissent mes pastiches me permettant de calmer certains maux profonds par le bon accueil que m'en font mes doux amis poètes.
      Je t'embrasse bien fort

      Supprimer