samedi 17 août 2019

Quatrains marlaimiens

Preuse en prose à dompter mon errance
J'exhale en coulant de jolis vers
De l'or le plus fin de l'univers
A brillanter ma désespérance.

Sous leur effet, un savant quartage
De mérites mis à reserver
Finement triés pour conserver
Les extraits d'amour et de partage,

La rancoeur, noblement empierrée,
Ne me noie en démissionnant
Devant le nombre impressionnant
D'humains en posture arriérée,

A l'heure où s'imposent des mesures
D'urgence à vivre tous autrement.
Combien font choix d'abject vautrement
Dont l'impact évase tes creusures

En calice, Ô Terre inamendable !
Face au train de ton dérèglement
Notre volontaire aveuglement
Serait-il encore défendable ?

Le sain reflet de l'intelligence
Ne se voit dans les eaux de l'avoir
D'un stérile cumul du savoir
Mais plutôt celles de l'obligeance

De respecter la vie. Aux pensées
Qu'un jour assez malins nous serons,
Que la torpeur nous repousserons,
Muse et moi sommes récompensées !

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Prose 17/08/2019

8 commentaires:

  1. bonjour marlène, quel écrit magnifique ou tu nous dictes les maux de l' homme ainsi que sa désobligeance ; mes bravos , belle journée , mes amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Iris-Véronique,
      Un grand merci pour ton msgnifique accueil à mes quatrains, j'ai opté pour un message fort car la forme est mimimale.
      Bien amicalement

      Supprimer
  2. Bonsoir chère Marlène,
    Un beau cri que je partage évidemment ! Atteindrons-nous un jour cette sage intelligence qui n'a rien à voir avec la culture savante, mais qui est l'héritage de savoir faire et de bon sens ?
    Bravo en tout cas et continue à stimuler ta Muse pour notre plus grand plaisir !
    Je t'embrasse.
    PS : Très bonne nouvelle, Flormed va mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma soeur de plume,
      Je viens de déguster ton superbe pantoum alors je resterai modeste sur mes quatrains. Merci infiniment pour tes encouragements et surtout pour les nouvelles de Flormed, j'en ai été vraiment très touchée.
      Gros bisous

      Supprimer
  3. En réponse à ton poème si bien écrit, un cri du cœur à notre humanité pour respecter la vie et sa beauté, pour accueillir l'autre, pour vivre de paix et d'amour, je te copie ce texte de Tagore:
    "Le matin, sûrement va venir; la ténèbre céder et ta voix va s'épandre en jaillissements d'or ruisselant à travers le ciel.
    Tes paroles alors s'essoreront en chansons de chacun de mes nids d'oiseaux et tes mélodies éclateront en fleurs sur toutes les charmilles de mes forêts"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie,
      Ton commentaire est un cadeau merveilleux qui ne fait que conforter mon préssenti de ton immense générosité. Merci de cette découverte, Tagore est un écrivain qui mérite vraiment d'être connu. Merci aussi du temps passé à venir me lire, malgré ton planning chargé, je t'en serai toujours reconnaissante.
      Je me permets de t'embrasser

      Supprimer
  4. Bonsoir chère Marlène,
    J'apprécie énormément ce si beau poème et je vois que nous serons, différemment sans doute vu la forme que j'ai choisie, en osmose dès demain ! Chic alors !!!
    Mes bravos admiratifs.
    Gros bisous.
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Annie,
      Je suis désolée ton petit commentaire était passé à l'as, je ne l'ai vu qu'aujourd'hui et entre-temps j'ai déjà admiré ton magnifique maillet "un monde en débandade" qui fait un bel écho à mon écrit du jour c'est exact.
      Gros bisous

      Supprimer