Amaurose adieu !

A l'heure où je publie ce poème 2 évènements me confirment qu'il faudra malheureusement faire face à plus traumatisant que le coronavirus pour que les choses changent : alerte Greenpeace et article Le Monde



Je forme le souhait en mer décrêpitée 
A la lueur des vers d'un sonnet capiteux 
Que cessent tous ces flots de paroles piteux 
Laissant notre espérance à froid décapitée. 

La misère n'arrive à la précipitée ; 
Combien d'ans pour compter tant de nécessiteux 
Pendant que font du gras les êtres vaniteux ! 
Je ne veux me complaire en femme dépitée 

Quand d'un virus mortel nos cieux sont menacés 
Plus par l'obscurité de coeurs cadenassés 
Je souscris à l'effet du meilleur des flambages (1)

" D'aucun avec des mots peut s'élever à Dieu, 
Mais à ce que l'on fait on montre sans ambages 
Le pêcheur que l'on est ". Amaurose (2) adieu !

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Sonnet français 16/04/2020

(1) Pratique de stérilisation
(2) Cécité mentale

Commentaires

  1. Bonjour Marlène,
    Ce virus aura servi à magnifier ta belle plume ! Je ne lui vois que cette qualité... Et encore, car sans lui tu es déjà une excellente poétesse du cœur et de l’âme me sans conteste !
    J'adore cette chute, bravo mon amie !
    Je t'embrasse fort.
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour chère Annie,
      Ton billet me touche infiniment et me rend vraiment fière. J'aime écrire c'est certain maintenant cela ne suffit à "aimer être lu" alors tes mots me sont très précieux.
      Je t'embrasse bien fort et te souhaite un bon week-end

      Supprimer
  2. Ce virus est un déclencher d'alerte.. notre monde englué dans la consommation, la mondialisation, l'argent et le pouvoir, court à sa perte et rien ne bouge , si ce ne sont les paroles, les mots de quelques uns.. merci pour ce beau texte et ta prise de position que je partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sedna,
      Tu es gentille de continuer tes passages du côté de chez moi, je me dis que tu aimes découvrir les caprices de ma muse ! Bien sûr dans l'actualité il y a souvent de quoi faure s'envoler une plume mais nous savons toutes 2 que sans formule magique le charme n'agit pas !
      Douces Salutations et Bon Week-end

      Supprimer
  3. bon dimanche marlène, quel vibrant poème au son si bouleversant du tonnerre qui gronde sur cette planète depuis l'humain la gère , je ne peux qu'aimer tes vers , bravo , bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Iris-Véronique,
      Je suis honorée de ton billet sous ce sonnet que ma muse m'a soufflé d'un trait pour évacuer un trop-plein de toxines.
      Bises dominicales

      Supprimer
  4. Je rejoins les propos de ton poème!
    Que de mots inutiles, de temps perdus à "blablater" sur des "inconnus"...
    Il n'y a pas qu'un "virus", il y a "des virus" qui tuent notre humanité et notre terre, des virus d'égoïsme, d'orgueil et de pouvoir...Pas de masques, ni de vaccins pour les combattre pourtant ils sont aussi dangereux que des "missiles" mais le monde se tait...
    Je suis toujours aussi admirative devant ta maitrise à jongler avec les mots, les vers et les rimes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie,
      Et moi je le suis encore plus de ton empathie et de ta vivacité d'esprit qui te font traduire avec tant de justesse les messages que je sème ici sur mon blog. Merci de ce nouveau billet cher a mon coeur.
      Je t'embrasse

      Supprimer

Publier un commentaire

Je vous remercie infiniment de votre visite sur mon site et de vos billets doux.

Vous pouvez découvrir un extrait de mon premier recueil en ouvrant le lien :
https://www.bod.fr/s?k=db265cwy0g74

Marl'Aime

Articles les plus consultés