Le Bonheur n'est pas ailleurs

Pour la première fois, je publie un ancien poème car je sollicite ma muse à d'autres travaux avant Noël, ceci est un hommage à tous mes amis poètes qui mettent de la couleur dans mon ciel assombri !


C'est ce qui me plait tant 
Quand le soir je me pose 
Pour lire en mode « pause » 
- Sans rien mes nerfs fouettant - 

Les tendres politesses, 
Les écrits, les humeurs, 
Les élans de vos cœurs 
Et leurs délicatesses, 

Électrisant mon corps 
Cent frissons m'envahissent 
J'atteins de doux records

Mes rêves se remplissent 
Je me fonds aux décors 
Que vos arts accomplissent ! 

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie – Sonnet pétrarquien 26/06/2011

Commentaires

  1. Bonsoir Marlène,
    Décidément ! Je suis en panne et je viens de mettre un ancien poème !!! Ils sont toujours d’actualité nos poèmes ! Ne te sens pas gênée car c'est un réel plaisir que de les lire ou relire. Mes recueils d'amis poètes sont cornés à force d'être lus ! Et ce sonnet est si beau !
    Je t'embrasse avec affection.
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Annie,
      En le remaniant grâce à tes corrections, je suis retombée en amour avec ce vieux poème alors j'ai pensé qu'il méritait de sortir du placard ! Merci pour ton charmant billet. Gros bisous

      Supprimer
  2. Et ce soir, désolée, j'ai semé du gris sur ma page...
    Un texte écrit en pensant à tous ces "rivages disloqués" ...
    De beaux rivages qui s'effondre rongés par un virus et aussi par l'insouciance de ces dernières décennies...
    On avait tous oublié que la vie est fragile
    On avait tous oublié que l'essentiel c'est d'aimer et partager...
    On avait oublié...
    Il faut arriver à repeindre nos rivages avec des couleurs, les couleurs simples de l'amitié et comme ton image le montre créer des passerelles pour relier nos différences....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marie,
      Pile dans le mille ! Comme à ton habitude tu déposes le billet qui traduit toujours avec tant de justesse mon intention que j'en suis émerveillée. Tu sais peindre le gris ça soulage aussi !
      Je suis ravie que tu aimes mon illustration car j'ai beaucoup prospecté pour la trouver celle-là !
      Bien amicalement

      Supprimer
  3. En passant comme une comète en vadrouille, je lis ton joli poème reposant et magnifiant nos rêves étalés quand les muses remuaient nos ailes dans les douceurs des nuits étoilées.
    Je te souhaite beaucoup de bonheur chère Marlène et je ne te remercierai jamais assez de tes passages sur mon blog quand tu posais tes mots silencieux et doux.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Bizak,
      Mais c'est Noël pour moi ce soir ! Je suis si heureuse de te lire et je dépose toujours mes petits mots sur ton blog mais plus rarement ces temps-ci car j'essaie d'éditer mon deuxième recueil et c'est plus compliqué que le premier, je dois avouer. J'espère que tu vas bien et j'ai très hâte de te lire à nouveau comme tu en informes tes lecteurs assidus dans ton dernier message. En attendant je continue ma lecture à rebours qui me procure beaucoup réconfort quand je suis désoeuvrée.
      Je te remercie infiniment de ton passage et t'embrasse aussi

      Supprimer
  4. L'image me parle beaucoup, ce pont à l'infini, bordé de tant de couleurs .. pour nous rappeler que nous marchons, mais que nous devons marcher ensemble, tous ensemble, pour que les fleurs soient heureuses de pousser le long des bordures de nos vies. Pour ma part, je découvre ton texte poétique, si tu en as d'autres en pause dans ton cabas, tu peux nous les partager car la lecture est toujours aussi agréable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lise,
      Je suis toujours ravie quand je vois ton commentaire arriver, déjà parce que j'admire beaucoup ton art, ensuite parce que tes commentaires sont tellement généreux et emplis de bienveillance que cela fait un bien fou. Je te remercie sincèrement de m'avoir mise sur ta liste et j'espère m'en montrer digne. Je vais donc voir ce que j'ai de plus joli dans mon cabas comme vieilleries pour atteindre mon quota de 4 poèmes (5 max) car je n'aime pas forcer ma muse après elle se venge et je le paie bien plus cher !
      Bien Amicalement

      Supprimer
  5. Tout est fragile dans ce monde en équilibre. Tout.
    C'est en ça que réside sa beauté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Letienne,
      Je vous remercie infiniment de votre visite sur mon blog. Sans vous connaître, je me réjouis sincérement pour vous mais la beauté de ce monde m'est de plus en plus difficile à voir ! C'est l'écriture qui m'y aide beaucoup !
      Mes amitiés

      Supprimer


  6. Ma chère Marl'Aime... je me suis inquiétée en lisant ton message sur mon blog... te voir découragée.. toi l'optimisme incarné...tes mots sont tes armes... tu as peut être besoin de te reposer toi ma belle mais j'espère que jamais tu ne vas abandonner ! Je t'embrasse fort... Amitiés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mel,
      Voilà pourquoi il ne faut jamais dire jamais ! Ça m'arrive rarement mais parfois mes batteries sont complètement à plat et pas un petit bout de vers fruité pour les recharger alors là je rêve de partir loin de tout, tout plaquer, partir sans me retourner mais là peine quelques secondes après je vois tous ceux qui me manqueraient, tour ce qui me manquerait et cette pensée s'éclipse aussi vite qu'elle était apparue ! Merci de ton billet doux, qui m'a bien fait sourire. Gros bisous à toi aussi

      Supprimer

Publier un commentaire

Je vous remercie infiniment de votre visite sur mon site et de vos billets doux.

Vous pouvez découvrir un extrait de mon premier recueil en ouvrant le lien :
https://www.bod.fr/s?k=db265cwy0g74

Marl'Aime

Articles les plus consultés