Pour une cajoleuse


Ô comme il est pesant pour une cajoleuse
D'être privée un an de pain quotidien
J'ai bien peine à combler ma manie enjôleuse
Dans ces commandements d'espace euclidien

Je suis au désespoir telle une pétroleuse
Capable d'assouvir au motif gidien
Une action démente en ardeur racoleuse
Afin de recouvrer mon ciel iridien 

Dans ces moments de manque à recevoir ma dose
Sur mon champ comme on dit au Québec " je bulldoze "
Afin de replanter dans le futur mes graines 

Puisque ma foi me guide à entrevoir la fin
Des maux des sanitaire et pénale gangrènes
De la voix de cristal d'un tendre séraphin.

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Sonnet français 02/02/2021

Commentaires

  1. Tant de choses nous manquent, tant de personnes sont absentes, les distances égoïstes.
    Tout le bonheur envolé nous tarde...
    A quand le retour de la vie?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Letienne, merci pour ton billet, c'est gentil d'être passé pour me lire. Mes excuses mais je suis en retard dans mon planning alors je décale au 15 de ce mois pour ton livre. Amicalement

      Supprimer
  2. Je craque pour mes quatre plus petits de 1 mois, 2 semaines, 3 et 4 ans... Tant pis ils ont besoin de câlins et moi aussi... Avec les grandes filles ont se tient à distance...
    Mais tous ces gestes de tendresse manquent énormément...
    ****
    Toujours avec talent tu nous décris ce grand vide...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ô Marie si tu savais ! Avec le masque timidement je dépose un bisou sur le front de ma maman mais chaque fois je tremble à l'idée pouvoir la contaminer. Et après un an sans embrasser mon neveu et mes nièces, ma sœur et mon frère..
      "J'ai le cœur qui éclate, j'voudrais jouir du plaisir
      De prendre dans mes bras ceux qu'il œuvre à chérir ! "
      Merci pour tes billets doux
      Bises virtuelles (à défaut j'en envoie des tonnes ! )

      Supprimer
  3. Vite que revienne ce temps d'insouciance pour nous, nos jeunes qui désespèrent de ne pouvoir sortir, boire un pot avec leurs copains, et pour nous tous qui ne pouvons serrer, embrasser.. encore une année maudite, espérons, espérons... je t'embrasse sur le net et non sur le nez , ainsi , tu ne risques rien ma belle poétesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très chère Lise,
      A chacun de tes billets j'ai le sentiment de recevoir des nouvelles d'une amie d'enfance comme si nous nous connaissions depuis la nuit des temps ! Alors vraiment j'espère que nous pourrons un jour nous rencontrer pour échanger en direct sur les nombreux sujets où de cœur et d'âme nous nous rejoignons. Nous n'avons d'autres choix que couper ce qui dépasse mais tant qu'on y est, aussi tout ce qui est pourri !
      Bisous virtuels Poétesse

      Supprimer
  4. bonjour marlème, très joliment narré ton poème qui est fort émouvant mais il a une coeur d'or , toi, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Iris-Véronique,
      Merci pour tes mots sous mon nouveau poème, je suis toujours aussi ravie de te lire ici. Je viens de découvrir le tien que j'ai adoré.
      Bises

      Supprimer
  5. Bonsoir Marlène,
    Comme nos amis je souffre aussi de ce manque de câlins... Alors je me rattrape avec Orane ,toutou bien-aimée !
    Quant à maman tu te doutes bien qu'il ne faut pas trop approcher et que la situation et de plus en plus inquiétante mais j'ai espoir... Je te tiens au courant.
    Dis-moi tout pour ceci :
    champs ?
    Des maux des sanitaire et pénale gangrènes ?
    Gros bisous très affectueux, la !
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Annie,
      Je commence ma réponse par ta maman et j'espère avec toi que sa situation s'améliore pour soulager ton cœur et ton esprit.
      Merci infiniment pour ce billet doux et salvateur. J'ai bien corrigé champs, que j'avais mis au pluriel au départ et pour le deuxième point j'ai bien vérifié alors je peux laisser ainsi. J'aime beaucoup ça quand tu fais le Maître en poésie en pointant mes erreurs !
      Je t'embrasse aussi bien fort

      Supprimer
  6. J'ai trouvé cette citation par hasard et je trouve qu'elle te correspond bien! Bonne journée
    " Écriture. Travail sur la forme. Lisser ses phrases pour qu'elles caressent, les affûter pour qu'elles tranchent, les effiler pour qu'elles crochètent. En faire une panoplie d'outils destinée à un seul but, sculpter l'émotion."
    Pierre Bottero

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie,
      Une belle citation qui me fait grand éloge et que je peux sans hésiter d'un beau revers lifté te retourner ainsi qu'à ceux que j'ai choisis de suivre pour émoustiller ma muse avec vos écrits pétillants.
      Bonne soirée et bon dimanche
      Gros bisous virtuels

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie infiniment de votre visite sur mon site et de vos billets doux.

Vous pouvez découvrir un extrait de mon premier recueil en ouvrant le lien :
https://www.bod.fr/s?k=db265cwy0g74

Marl'Aime

Articles les plus consultés