Sur une autre planète (suite)

 

Avant de composer cette suite à ma fable de l'an dernier, je me suis replongée dans celles de Jean de La Fontaine et j'ai littéralement reçu un choc en redécouvrant " Les animaux malades de la Peste " car à cinq siècles d'intervalle j'ai été vraiment décontenancée de voir à quel point l'homme ne change pas et n'apprend rien de ses erreurs.

Nos semblables d'ailleurs durent circonvenir
Une contagion de source inexplicable
Après le creusement du commun souvenir
Pour un bon traitement aussitôt applicable
Mais conscients que le pire ombrait leur avenir
Ils adoptérent tous le plan incritiquable
D'user de leur bon sens en solidarité
Puisque ce sort mortel frappait tous les villages
En meurtrissant partout les mêmes profilages
Pourquoi subir le joug de la disparité.
Chacune des tribus dépêcha son élite
Chef, Devin, Guérisseur et Sage en " Décideurs
De Grâce " figurant cette ardeur prosélyte
D'espérance à parer aux faits génocideurs
Parmi leurs anciens de ce mal satellite
Et donc à les plonger dans l'enfer des hideurs.
Pendant que les meneurs du plan hémorragique
Estimaient les impacts d'un long confinement
Les mages en mêlant leurs secrets finement
Vinrent à composer la potion magique.
Et c'est là que tout change entre nos deux destins
Pas de lois, pas de freins, ni de ploutocratie
Pour surseoir au partage en médicaux festins,
Gigalitres de soupe avant d'être rassie
Leur fut servie à l'oeil sans conflits intestins
Aux portes des maisons, cours de démocratie !
Le conseil parcourut en sauveur tous les cieux
Ce faisant les premiers sous sainte providence
Par respect des derniers tinrent à résidence.
L'hommage à ces humains parait-il specieux ?

Marl'Aime, Poèmes de ma Vie - Fable 18/14/2021

Commentaires

  1. ma chère marlène , quel puissant poème , quel excellent choix sur la facetie humaine mais le cercle de la vie a ses aiguilles qui tournent toujours dans le même sens , en cercle , pour recommencer sans se repositionner pour une autre philosophie de la vie , l' homme est descendant des primates , ne l' oublions point , c'est un prédateur , bon dimanche , je t'embrassse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma chère Iris-Véronique,
      Comme tu me fais plaisir en déposant ce premier billet sous ma fable médicinale ! Tes éloges en décuplent les effets et je me sens revitalisée pour tenir la semaine prochaine ! Bises et bon dimanche

      Supprimer
  2. j e suis très respectueuse devant ce texte si puissant , des mots savamment choisis, pour porter une fois de plus tes pensées sur le genre humain.. tu as tellement raison. belle soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lise,
      Ton charmant billet m'honore vraiment et je te remercie infiniment de tes mots si agréables à lire. Bonne journée. Amicales salutations

      Supprimer
  3. Choisir une autre façon de vivre. Prendre un nouveau chemin.
    Devenir enfin humain? Et puis quoi encore!
    Un monde meilleur n'est pas pour demain, le chacun pour soi, si.
    L'agent régit tout ma pauvre Marl'Aime, et l'être humain est trop cupide.
    Je ne crois plus en lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Letienne,
      Merci de ta visite Je sais bien que les règles sont enclines à toutes te donner raison mais je ne m'intéresse désormais qu'aux exceptions, c'est plus gratifiant à tous les niveaux Très bonne soirée

      Supprimer
    2. Magistral...
      Pauvres animaux que nous sommes malades de la peste "Covid"... Malades d'égoïsme, de trop de richesses pour certains, de trop de pauvreté pour d'autres...
      mais comme toi je veux croire aux exceptions jusqu'au bout... croire aux petites voix humaines qui se lèvent ici et là... croire malgré tout... https://marie-aupaysdesimagesetdesmots.blogspot.com/2010/06/poeme-croire-malgre-tout.html

      Supprimer
    3. Coucou Marie,
      Je vois que tu es allée "à la fontaine pour puiser les mots" ! et ton billet me laisse entendre que tu as été aussi enthousiaste que moi en redécouvrant ce texte. Du coup, ça m'a donné envie de me faire une petite cure ! Oui, l'espoir fait vivre à condition que l'on ai au moins une graine ! Je vais tout de suite planter les miennes qui j'ai ramassées dans tous vos jardins !
      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie infiniment de votre visite sur mon site et de vos billets doux.

Vous pouvez découvrir un extrait de mon premier recueil en ouvrant le lien :
https://www.bod.fr/s?k=db265cwy0g74

Marl'Aime

Articles les plus consultés